Si les Petites Vagues sont convoitées par les surfeurs débutants en quête de progression, elles restent incontournables les mois d’été sur la côte Aquitaine et Bretonne, et également une bonne partie de l’année sur les côtes Françaises moins exposées (Manche, Méditerranée).

Ce comparatif des planches de Surf pour Petites Vagues (Groveler) est là pour vous donner un bref panorama des catégories de planches particulièrement adaptées aux petites conditions, mais également pour vous donner des idées de modèles récents, compacts et efficaces dans le petit Surf pour différents types de petites vagues dont typiquement :

  1. la petite molassonne qui s’obstine à ne pas vouloir casser ;
  2. La petite molle qui peut être surfée avec des planches courtes ;
  3. La petite creuse et technique sans réellement de puissance difficile à surfer ;
  4. La petite rapide mais pas trop creuse avec un peu de puissance ;
  5. Le petit barrel slabesque.

 

Seaside [Firewire Surfboards]

Prix : 789€
Dimensions-type* : 5’6 – 21 1/4″ – 2 1/2″ – 32.7L
Type de planche : Fish Performance
Vague idéale : 2 et 4 – Pointbreak pas trop mou ni trop creux – 80 cm à 1m50
Détails techniques : Rob Machado, le concepteur de la Seaside (quad fin recommandé) et génial surfeur présente son nouveau jouet comme étant une évolution du modèle Go Fish (twin fin only), pour plus de performance :  plus de carves, des virages plus serrés.

  • Shape : Par rapport au Go Fish, le shape a été affiné : moins de surface sur le tail, un swallow resserré, un nose plus étroit et un outline de la planche plus rond.La planche a été conçue pour être surfée uniquement un quad, et pour cela, le concave a été revu avec un profond double concave autour des boitiers d’ailerons. Le double concave vise à améliorer l’écoulement de l’eau vers les dérives sous la forme de deux flux d’eau et à libérer le débit sur les côtés de la planche. L’objectif : augmenter la vitesse (effet de la concavité) et améliorer la maniabilité de la planche. Par rapport à la Go Fish et son profond single concave, les rails accrochent mieux et la planche est plus réactive.
  • Construction : La Seaside (du nom du home spot de Rob en Californie) est construit en hélium, une construction Firewire Surfboards qui vise les petites vagues (très légère, réactive, souple et durable).
  • Ailerons : Il faut noter que le set de dérives Rob Machado quad conçu spécialement pour la SeaSide est disponible , mais au prix fort : 150 €.

 

Notre analyse : la Seaside est un fish performance que l’on range habituellement dans la catégorie des planches pour petites vagues, voire des vagues molles (Groveler) mais elle reste selon moi accessible uniquement aux surfeurs intermédiaires/avancés pour ce type de vague. En effet, c’est une planche qui exige un certain bagage technique pour générer de la vitesse, surtout dans des conditions poussives.
En comparaison, une Sweet Potato de Firewire Surfboards marchera mieux dans des toutes petites conditions (30cm à 1m, voire 1m20 mou) et reste abordable pour tous niveaux (sauf débutants) malgré une taille assez courte (max 5’6).

D’un point de vue plus technique : le tail est vraiment très fin, ce qui devrait permettre de conserver une très bonne sensibilité de la planche. Le rocker est faible à l’avant, avec de l’épaisseur près du nose,  pour une entrée en vague facilitée dans les petites conditions.
La planche est relativement chère, mais durable et performante, idéalement pour les petits pointbreaks.

En conclusion, la planche est faite pour être surfée courte (5’8/5’9 max.), pour un surfeur de bon niveau qui souhaite passer du shortboard à un fish performant pour un max de speed dans les petites ET bonnes conditions, tout en conservant une bonne manœuvrabilité.

 

Rocket Wide [Al Merrick – CI]

 

Prix : 650€ (PU) – 795€ (EPS Spine-Tek)
Dimensions-type* : 5’8 – 19 1/2″ – 2 1/2″ – 30.3L
Type de planche : Small Wave Performance Shortboard
Vague idéale : 2, 3 et 4 – Pointbreak et Beachbreak pas trop mou et accepte le petit creux – 80 cm à 1m50+.
Détails techniques : La Rocket Wide est la déclinaison de la Rocket 9 pour les petites vagues par Dane Gudauskas, le Surfeur pro californien aux bonnes vibes, au visage de Viking avec un sourire Freedent White.

  • Shape : Par rapport à la Rocket 9, le tail a été élargi sans être exagéré, pour conserver de la vitesse dans les sections plates tout en gardant de la maniabilité. Le nose a aussi été élargi pour une rame confortable.
    Sur le reste du shape, le rocker avant est plutôt léger au service de la rame et d’un take-off assez tôt dans les petites conditions, alors que le rocker arrière est plus marqué pour plus de radicalité.
  • Constructions : les deux principales constructions proposées par Al Merrick sont le Polyurethane (PU) et la version maison en EPS avec la technologie Spine-Tek visible avec le Stringer noir qui parcourt la planche dans toute sa longueur. A noter que le modèle Spine-Tek coûte environ 150€ plus cher que le modèle PU.
  • Ailerons : ce modèle est la plupart du temps proposé avec des boitiers d’ailerons en tri-fins. Dans la lignée de la Rocket 9 et de par son ADN Fishy avec son (petit) swallow tail, le Twin + Trailer semble être la meilleure configuration pour Surfer la Rocket Wide.
    En FCS 2 avec les Mark Richards Twin + Stabiliser fins (115€) ou encore chez Futures avec les Al Merrick Twin + 1 (115€). Chez Futures, on retrouve aussi les F Beta Proto 2.0  pour un maximum de drive (135€), le “next level” selon Noël Salas !

Notre analyse : Les caractéristiques techniques de la Rocket Wide en font un véritable SkateBoard : une planche courte et (relativement) large plus performante que la Seaside dans les petites/bonnes conditions, pour moins de vitesse pure. Pour les surfeurs Experts, il s’agit également d’une excellente planche pour les aérials. 
Il faut également noter deux observations partagées par de nombreux surfeurs :
– La Rocket Wide est assez sensible au Stance (position des pieds) – comme tout shortboard – et reste réservé aux bons surfeurs intermédiaires (planche plus exigeante encore que la Seaside) qui savent positionner leur pied arrière au fond du pad.
Le choix des ailerons semble crucial sur cette planche (plus que d’habitude), je vous encourage donc à ne pas trop vous écarter de la configuration Twin/Twin+1.

La version Spine-Tek nous semble être la plus intéressante pour plusieurs raisons : plus solide, plus durable, plus légère, meilleure flottabilité (marginale) et plus réactive. En contrepartie, la Rocket Wide Spine-Tek récupère les inconvénients classiques des planches EPS à savoir : moins de contrôle (pas gênant dans les petites vagues) et une tendance à taper dans le clapot dans les conditions ventées.
Le surcoût de 150€ par rapport à la technologie PU nous semble en valoir la peine au vue de ses nombreux avantages. Aussi en raison de sa rigidité, cette technologie nous semble plus appropriée pour les surfeurs plus lourds (+75kg).

En conclusion, la Rocket Wide est faite pour être surfée courte (5’10 max), pour un surfeur d’un niveau plutôt avancé pour en tirer tout son potentiel, plutôt en version Spine-Tek pour de la solidité, durabilité et réactivité. La planche est super joueuse dans les petites mais aussi dans les bonnes conditions. Une configuration en twin/twin+1 est conseillée.

Gremlin [Pyzel]

Prix : 690€
Dimensions-type* : 5’8 – 20″ – 2 1/2″ – 31.6L
Type de planche : Groveler
Vague idéale : 2 et 4 – Pointbreak et Beachbreak pas trop mou ni trop creux – 50 cm à 1m20 (voire 1m50)
Détails techniques : La Gremlin est la planche pour petites vagues de la “Ghost Family” – la Ghost est le modèle Step-Down/Mini-Gun pour les très bonnes vagues – du désormais célébrissime shaper Jon Pyzel, qui contribue à façonner les planches des meilleurs surfeurs de la planète dont : John John Florence, Koa Rothman ou encore Jack Freestone.

  • Shape : Par rapport à son grand frère la Phantom, l’outline est plus large pour plus de surface de glisse et une entrée en vague facilitée. Le rocker avant est léger (moins prononcé que la Rocket Wide) alors que le rocker arrière est plus marqué pour garder du contrôle.
    Le bottom de la planche est classique (shortboard moderne) : single to double concave avec un “v” sur le tail pour un bon rapport vitesse/maniabilité.
    Le tail est un squash tail, pour conserver de la vitesse même dans les sections molles tout en restant réactif.
    Les rails sont assez épais, pour plus de stabilité (et pardonner les erreurs) et plus de vitesse.
  • Construction : la planche existe en PU ou en EPS (ElecraLite Epoxy) plus difficile à trouver en France. Nous resterons donc sur la construction PU classique. Il faut noter que Pyzel Surfboards utilise les pains de mousse Arctic Foam (Made in California), une marque innovante (pain de mousse fabriqué à base d’algues et populaire auprès des Pros en raison de sa structure alvéolaire, très dense, qui assure plus de flex et de resistance qu’un pain de mousse classique.
  • Ailerons : les configurations Thrusters (Futures : John John Techflex en Large à 130€) et Quad (Futures : John John Techflex en Large 130€+ HS 4.20 generation quad rears à 65€).
    Personnellement, je préfère la configuration en Quad pour le gain de vitesse (avec une maniabilité proche des Thrusters) dans les petites conditions et une meilleure accroche dans des vagues plus grosses (1M20/1M50).

 

Notre analyse : La Gremlin est une planche équilibrée pour surfer des petites vagues (50cm à 1M20+) particulièrement adaptée pour le surfeur en transition qui a dépassé l’étape débutant mais pas encore vraiment un surfeur intermédiaire (Rollers, cut-backs et bottoms-turns poussés), dans ce cas là il faut choisir une Gremlin de la même longueur que votre taille.

On retrouve les caractéristiques de la “Ghost family” des planches Pyzel Surfboards avec un Wide Point (point le plus large de la planche) avancé pour une meilleure rame, soit une planche plus facile à surfer qui permet de générer assez facilement de la vitesse. Etant donné les similitudes et l’ADN commun entre les planches de la “Ghost familiy” (Ghost, Shadow, Phantom et Gremlin), il peut être intéressant de se construire un Quiver autour de ces planches :
– Cela permettra d’avoir des planches complémentaires qui fonctionnent dans un maximum de conditions ;
– Pour retrouver ses marques en passant d’une planche à une autre.

En conclusion, la Gremlin est une planche orientée Surfeur en progression (premier shortboard) qui permet de surfer dans de nombreuses conditions (50 cm à 1M20+) avec une réelle facilité à la rame pour rame (en comparaison elle fait mieux qu’une Rocket Wide qui est déjà un bon rameur). Existe en format XL pour les surfeurs plus lourds (+85kg) qui souhaitent rester sur une planche courte mais avec un volume et des côtes adaptées à leur gabarit.

 

Demibu [Phil Grace]

Prix : 695€
Dimensions-type* : 6’4 – 21″ – 2 5/8″ – 39.3L
Type de planche : Performance Mid-length
Vague idéale : 1, 2 et 4 – Beachbreak pas trop mou ni trop creux – 30 cm à 1m50 (voire 1m80 mou)
Détails techniques : La Demibu est un Mini-Malibu performant, shapé par l’Australien Phil Grace dans les ateliers d’Euroglass à Hossegor (Made in France). Phil Grace est un shapeur de renommé, co-fondateur de Quiksilver Surfboards, proche du légendaire surfeur Californien-Basque Miki Dora, il shape depuis près de 50 ans principalement des Longboards, Shortboards conforts et Single fin.

  • Shape : il s’agit d’un shape hybride qui vise la facilité d’une planche plus longue (nose large, rocker plat, rails pleins) combiné à de la performance offerte par une planche plus courte (Rounded Diamond Tail, tail étroit, bottom single-to-double concave avec un ‘V’ sur le tail), dans une large palette de conditions.
    La Demibu conserve donc de la largeur sur le nose pour garder une bonne puissance de rame et une stabilité à l’avant pour éventuellement sortir des hang five. Le Rounded Diamond Tail, soit un compromis entre un Pin Tail (accroche) et un arrière plus large comme un Round Tail (plus de surface sur le tail et de fluidité dans les courbes) permet de raccourcir la ligne de rail et d’avancer le point de pivot pour gagner en radicalité.
    La Demibu présente tous les attributs pour améliorer la glisse dans les petites conditions (mais pas que..) : le rocker est plat à l’avant et l’arrière de la planche, les rails sont pleins mais plus couchés que des mini-malibu classiques (pour plus de stabilité) et la planche garde une longueur appréciable pour faciliter l’entrée en vague.
  • Construction : PU uniquement. Les planches shapées dans les ateliers d’Euroglass sont réputées pour leur “glaçage” (étape du shape qui consiste à poser la dernière couche de résine pour éviter de faire travailler la couche de tissu en fibre de verre dessous pour garantir l’étanchéité ainsi que pour des considérations esthétiques), gage de solidité et de durabilité (moins de “pocs” sur le deck de la planche).
  • Ailerons : en 2+1 ou Thruster (FCS ou Futures).

Notre analyse : La Demibu est une planche idéale pour le surfeur en quête de progression qui n’a pas encore le niveau pour passer au shortboard (dans ce comparatif je le placerai avant la Pyzel Gremlin dans la ligne de progression du surfeur), plus vraiment débutant mais pas encore intermédiaire.
Ne pas hésiter à la prendre suffisamment longue pour des surfeurs en progression (6’10 et +), alors que les surfeurs intermédiaires qui souhaitent plus de réactivité tout en gardant de la puissance de rame pour gérer les foules d’été la prendront plus courte (6’8 et -).

En conclusion, la Demibu est une planche orientée Surfeur en progression (pas encore le niveau pour un shortboard) qui souhaite maximiser son ratio vague-plaisir dans un large éventail de conditions (30cm à 1M50+). La planche est un véritable wave-catcher avec son nose élargi et son rocker plat tout en gardant de la maniabilité avec son Rounded Diamond Tail plutôt étroit et un bottom orientée vers la performance. Une bonne alternative au longboard pour les jours où l’on souhaite plus de manœuvrabilité tout en ayant la possibilité de faire passer un hang five de temps à autre ou tout simplement lorsqu’on souhaite la faire rentrer dans une petite voiture.

Pour résumer, classées selon le niveau nécessaire, de la planche la plus accessible à la plus exigeante : 

  • La Demibu (Phil Grace) est la planche pour les Surfeurs en quête de progression qui n’ont pas encore le niveau pour le shortboard et qui cherchent à faire le plein de vagues et de sensations ;
  • La Gremlin (Pyzel) est la planche pour les Surfeurs en quête de progression qui souhaitent passer à un shortboard confortable et une planche plus courte pour les premiers turns vraiment radicaux ;
  • La Seaside (Firewire) est la planche pour les Surfeurs intermédiaires qui visent un maximum de vitesse dans les petites vagues tout en gardant une planche réactive ;
  • La Rocket Wide (Al Merrick) est la planche pour les Surfeurs intermédiaires/avancés qui souhaitent profiter des sessions d’été avec une planche qui permet des manoeuvres avancées et qui reste relativement confortable.

*Note : dans cet article nous considérons arbitrairement que les petites vagues représentent des vagues allant d’une hauteur de cheville (30 cm / 1ft) à une hauteur de hanche (90cm / 3ft) bien que ces considérations sont très différentes selon les régions =).
Comme toujours, notre analyse repose sur notre propre expérience sur ces planches (prêts), les retours des amis, les avis d’autres surfeurs (IRL ou sur le net).
Pour donner un ordre d’idée des dimensions cibles des modèles, le gabarit type sera un Surfeur plutôt sportif d’environ 1M77 (5’10) et 80 kg (180lbs).